Réseau du Pays de Brest

pour l'accueil des Migrants dans la dignité


BRETAGNE - CALAIS : UN CAMION SOLIDAIRE ~ Organisé par : ASSOCIATION COLLECTES SOLIDARITÉ RÉFUGIÉ-E-S PAYS DE BREST ~

pour aider à financer les camions de collecte solidarité cliquez sur le logo


"Dublinés" Suite

Jeudi 07/12/17 Régime d’asile européen :

le Défenseur des droits dénonce une proposition de loi qui permet de priver de liberté les demandeurs d’asile

 

Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, fait part de son inquiétude sur la  » qui s’apprête à être discutée à l’Assemblée nationale ce jour. Il a présenté des observations à la Commission des lois dès le 29 novembre ......

cliquez pour la suite



Télécharger
Dossier de presse ISOLA
v4-isola-4p-pages.pdf
Document Adobe Acrobat 406.3 KB


28/11/17 Communiqué de presse de la Ligue des Droits de l'Homme

 

Depuis ce week end, deux femmes enceintes passent la majeure partie de leurs nuits dans les rues de Brest, dans les conditions climatiques qu'on connaît et les températures hivernales qui sévissent. Leur seul tort est d'être étrangère et sans papiers

 

 

Zoge N. a 21 ans et en est à son 8ème mois de grossesse. Son état de santé en cette fin de gestation est totalement incompatible avec une vie à la rue. Son enfant est susceptible de naître d'un moment à l'autre alors que les conditions de vie et surtout de bien être de la mère sont déplorables.

 

 

 

Quand à Edilona B., 24 ans, elle en est à son 6ème mois. Et sa situation est encore plus alarmante car ses certificats médicaux établissent que ces conditions de non hébergement lui font encourir un risque élevé d'acouchement prématuré. L’État, au nom de sa politique migratoire de fermeture des frontières, peut il abandonner à son sort une mère en fin de gestation et mettre en péril la vie du nouveau-né ?

 

 

 

La Ligue des droits de l'Homme a interpellé en fin de semaine le préfet du Finistère, lui exposant clairement ces situations dramatiques et le priant de trouver une solution rapide et conforme aux valeurs de notre république. Mais le préfet est resté sourd à l'exigence humanitaire de ces deux mamans de pouvoir conduire à leur terme leur grossesse dans des conditions humaines et en sécurité pour elles et  leurs bébés à naître.

 

La LDH dénonce cette violation des droits humains les plus élémentaires et exige qu'une solution acceptable soit trouvée dans les délais les plus brefs. Ces femmes ne doivent pas passer une seule nuit de plus dans la rue.

 

 

 


Demande de Mr le Proviseur

du Lycée Dupuy de Lôme

Il recherche des bénévoles pour du soutien Scolaire aux jeunes migrants (en particulier en Français)

utilisez le formulaire  en rubrique contact à gauche


Appel à solidarité

Laurent Caffier (Cuba Gianni pour FB)) , militant solidaire à Calais suite à ses actions d'aide aux réfugiés a été arrêté , condamné mais dispensé de peine car ayant agi "par conviction et sans contrepartie" Le Procureur vient de faire appel .... il va avoir besoin de la solidarité pour se payer un avocat

(pour plus de détail cliquez sur la photo)


 

APPEL AUX DONS

Une cagnotte pour les Mineurs isolés Brestois scolarisés exclus de l'ASE

 

MINEURS ISOLÉS AU LYCEE : UNE SCOLARITÉ QUI COÛTE CHER

 

Une dizaine de jeunes mineurs isolés exclus de l’Aide sociale à l’enfance sont scolarisés dans des lycées brestois ou quimpérois. Ils ont été exclus de l’ASE (aide sociale à l’enfance) car leur minorité a été contestée. D’autres risquent de les rejoindre incessamment........  (cliquez pour la suite)


 

13/09/2017 Demandeurs d'asile à la rue : la LDH dénonce une décision d'une violence sans précédent

Dans le traitement des migrants rejetés à la rue, on pensait avoir connu le pire ces derniers mois à Brest : personne malade, ponté cardiaque, cancéreux, femme enceinte, enfant en bas age de moins de 6 ans...

Le Préfet du Finistère vient de nous prouver qu'il pouvait encore aller plus loin dans l'ignominie d'une politique de non hébergement assumée. Lundi, ses services viennent de décider de mettre fin à l'hébergement d'une femme et de son nourrisson. Elmenejsa est née le 31 août, elle a aujourd'hui 14 jours, et le Préfet la contraint depuis lundi soir à dormir dans les rues de Brest. Dormir sous un toit, au chaud, est une question vitale quand on a 14 jours !

Interpellé par La Ligue des droits de l'Homme, le Préfet du Finistère n'a pas daigné répondre, encore moins proposer une solution d'hébergement pérenne à cette mère et son nouveau né.

Aucune contrainte budgétaire ni aucune politique migratoire ne peuvent justifier cette décision entachée d'inhumanité et de brutalité. Elle déshonore notre pays et nos valeurs de fraternité !


 

24/07/2017 : Demandeurs d'asile à la rue :

la LDH dénonce un jugement aberrant

 Depuis trois semaines, une nouvelle famille de demandeur d'asile est à la rue à Brest. Une de plus. Mais cette fois, un des enfants présente une malformation cardiaque. Et le bambin de 2ans souffre de crises d'asthme très aiguës. Il sort d'une hospitalisation à l’hôpital Morvan en caisson respiratoire. Son état de santé est absolument antinomique avec le fait de dormir dans la rue. Et pourtant, comme de coutume, le préfet du Finistère se refuse à prendre en charge leur mise à l'abri !
Face à cette décision inique, la famille a été contrainte, avec l'aide de la LDH, de saisir le Tribunal administratif de Rennes en référé liberté. Le jugement vient de tomber et il est hallucinant.
Il reconnaît qu'au vu des certificats médicaux produits, « la situation de santé de leur enfant est incompatible avec une situation de vie dans la rue ». Mais le juge administratif suit l'argumentaire du préfet et considère que les parents « ne démontrent pas être dépourvus de solution d’hébergement sur la région brestoise ». Et il invite la famille à se tourner vers ses compatriotes pour trouver une solution de mise à l'abri d'urgence.
Ce que demande le juge à cette famille, à savoir démontrer qu'elle est dépourvue de toute solution d'hébergement, est matériellement impossible. Cette famille vit dans les rues de Brest depuis 15 jours avec deux enfants malades ; ce seul état de fait devrait amplement suffire à démontrer la nécessité vitale d'une mise à l'abri et l'absence de solution à sa disposition. Quand à l'invitation à trouver refuge chez ses compatriotes, elle n'est pas digne d'un représentant d'une République qui fait de la fraternité une de ses valeurs fondatrices.
La préfecture du Finistère est régulièrement condamnée par le Tribunal administratif à reloger des personnes en situation précaire. La Ligue des droits de l'Homme ne peut tolérer que la réponse à une urgence médicale soit une fin de non recevoir fondée sur un motif aberrant. C'est une première et il ne s'agirait pas qu'un tel argumentaire fasse jurisprudence sur la place de Brest. La LDH soutiendra donc l'appel de ce jugement devant le Conseil d’État dans les jours à venir.


27/06/2017 Expulsion! Des passagers restent debout, l'avion revient, l'expulsé est débarqué

 

Ce vendredi 23 Juin, à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, un homme, de nationalité afghane, devait être renvoyé de force vers Kaboul via Istan

La Ligue des droits de l'Homme a interpellé en fin de semaine le préfet du Finistère, lui exposant clairement ces situations dramatiques et le priant de trouver une solution rapide et conforme aux valeurs de notre république. Mais le préfet est resté sourd à l'exigence humanitaire de ces deux mamans de pouvoir conduire à leur terme leur grossesse dans des conditions humaines et en sécurité pour elles et  leurs bébés à naître.

 

La LDH dénonce cette violation des droits humains les plus élémentaires et exige qu'une solution acceptable soit trouvée dans les délais les plus brefs. Ces femmes ne doivent pas passer une seule nuit de plus dans la rue.

 

 Il était maintenu en centre de rétention depuis 44 jours, par deux fois la police l’avait conduit à l’aéroport et par deux fois des militants ayant alerté l’équipage et les passagers, la résistance de certains avait réussit à le faire débarquer. Cet homme n’était coupable de rien d’autre que d’avoir vu sa demande d’asile non traitée et d’être de ce fait en séjour irrégulier sur le territoire français où il s’était réfugié, fuyant la guerre en son pays natal. cliquez pour la suite

 



jeudi 15 juin.La classe d'accueil du collège Saint Pol Roux 

au JT de FR3 Bretagne .

Depuis novembre, le collège Saint-Pol-Roux accueille des jeunes élèves migrants au sein du dispositif Français Langue Seconde (FLS). Ils ont entre 12 et 16 ans et ont fui leur pays en guerre. Dans cette classe d'accueil, ils se familiarisent avec la la langue française et la vie à l'école.


C'est quoi dédubliner : Juste permettre a un migrant de déposer une demande d'asile en France meme s'il est en "procédure Dublin"

 

signez la Petition de la Ligue des droits de l'Homme de Quimper

anti "Dublinage"      Cljquez sur la photo

 

               Pour plus d'explication cliquez


On est pas des moutons .....

L'accompagnement des jeunes migrants dans le Finistère

- Avril 2017 -


Et toujours ....................................

Urgent !! Appel à dons et au Bénévolat

Digemer

des matelas des lits et des bénévoles pour accompagner

dans les appartements

Entraide et Amitiés

ils ont besoin de riz, d'huile et de sucre

(cliquez pour les lieux et horaires d'ouverture)

la Halte

80 bd Montaigne 29200 Brest

 

il y a  pénurie de couches pour bébé taille 4 et 5

les paquets entamés ou abîmés sont les bienvenus



L'Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE) publie un dossier thématique sur la question de la prise en charge des mineurs étrangers isolés (MIE), désormais administrativement appelés mineurs non accompagnés (MNA). L'ex-Oned a recueilli sur le terrain ces deux dernières années des témoignages et analyses …….

 

cliquez sur ici pour la suite



Digemer cherche :

des matelas des lits

des bénévoles pour accompagner en doublette